Che Chui Brüno ein ich bin fantastïk!

Publié le par Poulpy

Je n'ai pas vu  Borat, je ne pourrait donc pas dire que Brüno c'est exactement la même chose en pareil / mieux / pire (rayé la mention inutile), j'y suit aller car mon cher Robin en parle en bien sur son blog (et que les bandes annonces m'avait titiller).



Brüno nous raconte donc les aventures d'un présentateur de télé autrichien, gay, un brin raciste (très bête en fait) et surtout imbu de lui-même qui cherche la célébrité au states.
La particularité de ce film est d'inclure des scène où l'acteur principal joue son personnage face à des gens qui ne sont pas au courant qu'il s'agit d'un rôle, ainsi Brüno ruine la fashion week de Milan, fait asseoir Paula Abdul sur des ouvriers mexicains, fait face à un leader des brigades des martyrs d'Al-Aqsa, etc etc.
Sacha Baron Cohen en fait des tonnes, mais c'est jouissif (même si je pense que certaines scènes on dut être chaude à tourner, genre la nuit avec les chasseurs ou le catch).
Évidemment, il faut bien prendre ce film au treizième degrés,  sinon on obtient des contresens (genre des personnes dans la salle où j'étais qui était content qu'un film dénonce "les pédés qui cherche à convertir les gens comme les nazis qu'ils sont", si si argh!). Il est donc certains que Brüno ne changera pas la façon de voir des gens sur l'homosexualité.



Brüno est un film militant sans l'être vraiment, une farce qui dénonce les travers des deux bords, d'un coté  l'homophobie ordinaire évidemment, mais il dénonce aussi à travers le personnage principale le désir de célébrité affirmé de notre société avec des gens prêt à tout les extrêmes pour être connus (la scène du casting des bébés est excellente ) ainsi que le comportement de certains homos qui ce cache derrière leur sexualité pour ce protéger de toutes critiques ("si vous m'aimez pas, c'est parce que je suit pédé/gouine").

Bref, c'est trash, pas politiquement correct, sa ferat plaisir aux anti américain primaire, moi en tout cas j'ai passer un bon moment.

Commenter cet article

Zéro Janvier / Robin 26/07/2009 21:43

Bon, tu sais déjà ce que je pense de ce film. Je rejoins en grande partie ce que tu dis dans ton billet, notamment la double dénonciation de l'homophobie et d'une certaine "hétérophobie" ("on ne m'aime pas parce que je suis gay").

PS : merci pour le lien :-)